En nos troubles

Largué en pleine tempête,
Je n’oublie pas les peines
Capitales que mon poète
A subi de par ma faute.
Il a plongé dans la Seine
Et la marche était haute.

Je ne brassais pas du vent
Quand j’exprimais l’amour,
Nous deux nus sur le divan,
Qui à l’instant submergeait
Tout en moi. Le souffle court,
Il devenait mon seul sujet.

Mon lit, ce beau radeau
Où nous nous laissions dériver,
M’a présenté ce cadeau
Sur lequel j’ai tellement salivé
Même si, à mon âge,
Pour naviguer en nos troubles,
J’ai pris son dépucelage,
Et je n’en ressens qu’encoubles.

Sans affronter la houle,
Notre bateau disloqué
Sur les vagues qui roulent
Et nous sépare à des lieus.
Mon cœur fait bilboquet
A la pensée de nous deux.

Laisse parler la poudre

Pas besoin de se confronter en duel,
La tension est amplement étouffante.
Sans or, juste du plomb dans l’aile
Pour tenter de te voler dans les plumes
Car notre passion est bien souffrante
Depuis que j’ai augmenté le volume.

Laisse parler la poudre,
Par le nez le dissoudre
Pour éloigner la foudre
Et ne plus en découdre.
Laisse parler la foudre
Et mes mains absoudre
Tes péchés et les miens
Pour garder notre lien.

Pas besoin de cacher nos émotions
Derrière des tonnes de Marie-Jeanne.
Elles subissent la lente dissolution
Des sens. Laissons mourir le contrôle
Et partons prendre la seule médiane
Pour ne plus jamais jouer de rôles

Ehsan valse

Il se cramponnait aux jambes de sa mère
Pendant qu’elle lui mitonnait des saveurs
Qui remplaçait le parfum doux mammaire.
Il la suivait pour être près de son cœur.

Devenu enfant, il se cachait dans la maison
Vide pour s’émerveiller des soieries et voiles
Qu’il aimait essayer à en perdre la raison.
Son caractère délicat intimement se dévoile.

Jeune adolescent fluet et loin des standards,
Il prie pour garder sa peau glabre et satinée.
Les claques du père n’en font pas un gaillard.
Les câlins de la mère n’aide pas le mâle né.

Alors Ehsan valse dans les robes de sa mère
Pour oublier son sexe, pour oublier son rang.
Ehsan valse avec un beau cavalier imaginaire
Aux yeux de personne car il habite en Iran.

Et aujourd’hui Ehsan valse aux yeux de tous,
Au bout d’une corde au milieu de la place.
Ehsan se balance sans montrer de frousse
Maintenant qu’il entame sa dernière valse.

Mon cœur déconne

Mon cœur déconne.
Ça bat la chamade mais ça fait mal.
Il en fait des tonnes.
Il me pousse à une crise lacrymale.
Ma tête interprète.
IL faudrait qu’elle lâche l’affaire.
Ce ne sera pas la fête.
Le chemin serait plus long en arrière.

Mon cœur continue
Toujours en foutu mode alternatif.
Il me met encore à nu.
En terme de plantage, il est créatif.
Ma tête veut ralentir
Les oscillations de mon cœur tendre.
Ça ne peut qu’aboutir
A mes fous penchants polyandres.

Mes sentiments valsent
Comme des derviches tourneurs
Au bord d’une salse
Et emporte mes dernières heures.

Mon cœur n’arrête
Pas de me tourmenter joyeusement
Comme si les êtres
S’interchangeaient tel un vêtement.
Ma tête veut le tuer
Pour mettre fin à mes tourments
Que, dans une ruée,
Mon équin cœur encore ment.

Mes sentiments valsent
Comme des derviches tourneurs
Au bord d’une salse
Et emporte mes dernières heures.

Laissez-moi dormir
Pour ne plus continuer de rêver
A ce visage en mire
Dont l’absence me fait crever.

Mon gros problème

Veux-tu ma verge ?
Alors prends ton scalpel et enfonce la lame
Bien profondément pour écarter les berges
De mon thorax.
Tu y trouveras mon cœur dans les flammes
Qui attend patiemment la fin sans Xanax.

Veux-tu mon chibre ?
Alors regarde-moi dans les yeux si tu oses !
De quel côté vas-tu faire tomber l’équilibre
Si fragile que je suis ?
Il y a des lèvres où il faut que tu déposes
Un baiser si tu m’aimes et alors je te suis.

Veux-tu mon pénis ?
Tu vas devoir d’abord conquérir le reste
Si d’aventure tu aimes d’autres délices.
Régale-toi de moi !
Mais je sais que passer tu fuiras la peste
Comme d’autres l’ont fait à chaque fois.

Veux-tu mon membre ?
Prends-le et ne me le rends surtout pas !
Coupe à la racine du mâle. Tu te cambres
Puis tu te casses
Plutôt que de briser mon cœur, cet appât
A malheur qui me cache derrière sa face.

Dieu soit loué

Loin d’être le bon samaritain,
Je n’ai pas usé mes pneus sur lui
Toi, ou eux pour un jeu de taquin.
Je ne te laisse pas sous la pluie

Loin d’un bon saint apôtre,
J’ai offert la droite après la gauche
En psalmodiant sur tout patenotre
Mon envie de ta débauche.

Je n’ai pas envie de martyriser,
Mais aimer sans avoir à cicatriser.
Est-il possible que Dieu soit loué
Alors que je n’ai pas signé de bail ?
Est-il possible que Dieu m’ait floué
Quand la vie n’est que bataille ?

Loin d’imiter les évangélistes,
Prêt à te suivre même dans le désert,
Je pourrais de tes paroles faire la liste
Alors qu’à mes lèvres c’est amer.

Loin de te suivre sur la croix,
Je vais poursuivre ce si long calvaire
Pour essayer d’enfin trouver mon roi
Qui fera de moi festin de vers.

Je n’ai pas envie de martyriser,
Mais aimer sans avoir à cicatriser.
Est-il possible que Dieu soit loué
Alors que je n’ai pas signé de bail ?
Est-il possible que Dieu m’ait floué
Quand la vie n’est que bataille ?

Mais l’ange…

Aussi solide qu’un château de cartes,
De la normalité toujours je m’écarte
Malgré les blessures irrémédiables
Que je m’inflige tel un beau diable.

Arrive l’horloge, imposante et cynique,
Qui chamboule les règles biologiques
De la décence : je veux être un père !
Je vais de nouveau tuer les repères.

J’instrumentalise les droits légaux
Pour voir mon enfant jouer au Lego.
J’angoisse, je pleure et je prodigue
Tout pour enfin faire sauter la digue.

De nous deux
Plus rien ne reste des louanges
Qui, d’antan,
Faisaient du nous un tout pétillant
Mais l’ange
Nous sourit de ses yeux bleus
Embrassant
L’univers avec une gourmandise
Débordante.
S’ouvre avec elle la vie trépidante
Qui aiguise
Mes joies, mes peines, mon sang.

J’admire sans jamais m’en lasser
Ses boucles d’or et ses bras m’enlacer.
Je lui accorde tout ce qui m’a été enlevé
Avec l’honneur d’avoir à bien l’élever.

J’ai honneur d’être celui qui lui donne
Tout ce qui faut pour qu’en elle sonne
L’amour que j’ai si souvent de mes vœux
Appelés en suppliant ces vides cieux.

Ne perds pas de vue l’horizon !

Ne perds pas de vue l’horizon !
Embrasse-le en toute saison,
Quelque soit la fièvre ou la raison
Qui t’amène pour chanter l’oraison.

Je sais qu’il est difficile d’avancer
Les pieds ensanglantés.
Il est plus aisé de vouloir laisser
Tout le monde planté.

Les millions de secondes déversent
Les joies et les peines.
Chaque larme qui, en nous, perce
Est une goutte vaine.

Alors traversons là avec panache,
Avec une pirouette
Pour conclure sans qu’on se fâche
Cette jolie petite fête.

J’ai envie de te crier qu’il faut aimer
Mourir sans lendemain.
Nous ne gagnons qu’à nous sublimer
Avant de finir le chemin.

Jean Foutiste

Les mots tournent en rond dans ma tête,
Des poissons rouge sang dans un bocal,
Je les emprisonne histoire que je me mette
Minable et qu’ainsi mon inspiration cale.

Les idées fusent en position stationnaire,
Satellite qu’aucune antenne ne va capter
Car j’ai tout éteint là-haut, nani nanère !
Suis fatigué d’être ici encore inadapté.

Je n’arrive pas à tuer cet enfant fainéant
Que mon père envoyait dans le tourbillon
De ses cauchemars jusqu’au mon néant.
Il est coriace malgré ses airs souillons.

Je me complais dans la complainte
De ma vie de guingois.
Je me complais mais j’porte pas plainte.
Je n’sais pas pourquoi.
Je me complais à attendre que ça passe
Tout seul, lentement.
Je me complais à souffrir, j’suis lasse
De vivre, vraiment.

Je suis en panne des sens deux fois sur trois.
Plus rien n’a de sens quand enfin j’avance
Car dans mon cœur quand t’es pas là, j’ai froid.
Je veux me planter là dans la démence.

Un pas en avant suivi de deux pas en arrière,
C’est pas une valse même si j’ai le mal d’amer.
J’en ai oublié toutes les paroles de la prière
Que je psalmodiais pour le secours d’une Mère.

Où en sommes-nous?

Où en sommes-nous
Malgré toutes nos additions ?
Nous sommes au jour où
Je vais atteindre la saturation.
Je suffoque d’avoir plus
Mais sans avoir plus d’excitation.
J’ai l’impression qu’en sus
Je suis à cran, prêt à l’explosion.

Où en sommes-nous
De toutes ces mesquines divisions ?
J’achève de devenir fou.
Toutes nos règles de vie sans cohésion
M’étouffe, m’enivre
Sans que je retrouve ma respiration.
Je sens cette vouivre
M’enlacer le cou jusqu’à ma radiation.

Où en sommes-nous
De ces traitresses multiplications
De secrets bout à bout ?
La coupe est pleine, en ébullition.
Le barrage va céder
Pour lâcher nos remords en fusion.
Nous serons obsédés
Par cet orgueil d’avoir, à la fin, raison.

Où en sommes-nous
De cette lente soustraction
Qui détruit le nous ?
Cette silencieuse déflagration
A emporté tout
Et même plus de notre union.
Je renais surtout
A l’envie d’être moussaillon.