La mélancolie sur ma peau

Le mouvement en balancier
De cette horloge,
Je me prends à l’aimer.
Monstre des forges
Mal éclairées ou la braise,
Dans une danse millénaire
Joue le rôle de la lumière,
La mélancolie de nos braises.

Le mouvement acharné
De nos vies,
Je me prends à l’aimer,
Cimetière aguerri,
De nos corps mutilés
Dans cette danse éternelle
Que l’on joue les yeux fermés,
Le cœur ouvert à l’Eternel.

Je danse
La mélancolie sur ma peau.
Je pense
La mélancolie en drapeau.
Je ne peux danser,
Penser,
Sans cet étrange
Légende des années passées
Ou je plonge
Toujours mon passé,
Mon présent, mon futur
Qui perdure.

Le mouvement sans fin
De notre Terre,
Je le prends avec dédain,
Dans ma misère
Ou le gouffre maudit
De ces années qui ont filé
Perdus à jamais
Que mon histoire a suivi.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *